Site dédié à la catastrophe de Malpasset

Ce soir là...

Fin 1959, des pluies torrentielles remplissent complètement le réservoir du barrage de Malpasset en amont de la ville de Fréjus dans le Var. Le 2 Décembre à 21h13, la voûte s'effondre soudainement dans un fracas terrifiant. En quelques secondes, 50 millions de mètres cubes d'eau déferlent dans la vallée en une vague géante qui emporte tout sur son passage, dévastant la campagne et les bas quartiers de Fréjus. À 21h50 la vague a achevé son œuvre de destruction et disparait lentement dans la mer...


Bienvenue sur le site frejus59

Frejus59 est le fruit d'une enquête minutieuse de 2 années ayant pour objet la recherche systématique d'informations afin de comprendre comment l’association de situations et d’événements prévisibles ou imprévisibles ont conduit inévitablement à la catastrophe.

La recherche a porté sur la période 1946 - début 1960. A partir d'une reconstitution historique minutieuse, l'enquête a permis l'identification des événements significatifs qui ont jalonné la genèse du projet de barrage, la réalisation de l’ouvrage, sa destruction et ses toutes premières conséquences sur la population locale.

Pouvait-on éviter la catastrophe de Malpasset ?

Pouvait-on éviter la catastropheOn ne peut répondre oui à la question "Pouvait-on éviter la catastrophe de Malpasset ?". La conclusion officielle des tribunaux invoquant un « véritable piège de la nature » est un fait incontestable. Mais ce piège pouvait-il être identifié avant le drame ? Un non catégorique n’est pas scientifique.

 

Reconstitution du passage de la vague à Malpasset

Reconstitution du passage de la vague sur la cité des mines de Boson à partir d'une vue aérienne récente obtenue à l'aide du logiciel Google Earth.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
 
Cette reconstitution est réalisée en superposant une vue aérienne prise quelques jours après la catastrophe et une vue du site aujourd'hui tirée du logiciel Google Earth.
On voit parfaitement la mise à nu du terrain sur une hauteur d'envrion 50 mètres à proximité des restes de la voute visibles à l'extrême gauche. Egalement bien visible la grande coulée de boue qui a totalement englouti le petit village des mines de Boson.

Chronologie détaillée des événements qui ont marqué l'histoire du barrage de Malpasset (de 1865 à 1971)

Découvrez la chronologie des événements qui ont marqué l'histoire du barrage de Malpasset.

Barrage de Malpasset le 7 décembre 1959

(photo prise par Pierre Dufaut au printemps 1960)

Personnalités de Malpasset

Les personnalités de Malpasset

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

EXCLUSIF: le barrage de Malpasset en 3D

Barrage de Malpasset vue aérienne 3D

Barrage de Malpasset en 1959

(Cliquer sur les images pour agrandissement)

Découvrez en exclusivité le barrage de Malpasset en 3D tel qu'il était avant la catastrophe. La simulation a été réalisée à partir des plans d'origine.

Les blocs de béton identifiés dans la vallée

Malpasset passage de la vague à Boson

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.
 
Lors de la rupture du barrage, la voûte s'est brisée en un très grand nombre de morceaux. La commission d'enquête administrative a procédé à l'identification des blocs de béton à proximité du barrage, essentiellement répartis en trois groupes. Le résultat est présenté sur ce dessin. Comme ont peut le constater, seul un petit nombre de blocs ont été identifés. Le dessin montre en rouge la ligne de rupture, la partie grise de la voûte est ce qui reste du barrage aujourd'hui. les lignes verticales identifiées par une lettre délimitent les plots (le barrage est constitué de plots successifs), les lignes horizontales délimitent les étapes successives d'élévation d'un plot.

Dans l'autorail Marseille-Nice le 2 décembre 1959 - version intégrale

Motrice de l'autorail Marseille-NiceIl est 21h50, l’autorail X8004 n° 157 reliant Marseille à Nice vient de quitter Puget-sur-Argens. Il file à environ 110 km/h avec approximativement 70 voyageurs à bord. Il descend la rampe qui, depuis Les Arcs, amène la voie ferrée à Fréjus.
Non loin de Fréjus, un disque sur le côté de la voie intime au conducteur, M. Dumontet, l’ordre de « marche à vue », c'est-à-dire au ralenti. A ce moment-là, la voie est libre de tout débris et il n’y a pas d’eau.

Photographies transmises par Monsieur Claude Paulet

Un Lancaster dans la boueCes photographies nous ont été envoyées par Monsieur Paulet présent à la B.A.N. de Saint-Raphaële-Fréjus le jour du drame. 

La nuit du 2 décembre 1959 à la base aéronavale de Fréjus-Saint Raphaël par Jean-Pierre Dubois

Catastrophe de Malpasset - La base aéronavale - Jean-Pierre Dubois

Le signe annonciateur de la catastrophe de Malpasset survient sur la base à 21 h 30 avec la coupure totale du courant électrique.
Le flot boueux qui engloutit la partie occidentale de Fréjus et le quartier des arènes romaines touche la B.A.N. à partir de 21 h 45. Malgré un large étalement sur le terrain plat de l’aérodrome qui diminue sa force et sa vitesse, la vague se répand partout, parfois jusqu’à 1 m 80 de hauteur, provoquant des dégâts importants, entraînant le Broussard n° 66/10.S-38 vers la mer. En atteignant le rivage de la Méditerranée, la masse de boue provoque un effet de souille dévastateur, brisant les parkings de bord de mer et détruisant le petit bâtiment de la Météorologie nationale, entraînant dans la mort l’agent de service cette nuit-là.