Website dedicated to the disaster of Malpasset

Photographies commentées de Monsieur Jacques Fermé

Catastrophe de Malpasset: la base aéronautique

Bâtiment Météo : Vue en direction de l’Est ; au loin, Saint Raphaël. Le tas de gravats, c’est tout ce qui reste du bâtiment Météo. L’agent, un célibataire timide et très sympathique, y avait son logement. Au moment de l’inondation, il a fait des appels désespérés avec une lampe torche, mais personne n’a pu aller le secourir : le courant, peut-être de six nœuds, entraînait tout ce qui flottait !

Le bâtiment s’est effondré au bout de plusieurs minutes, quand le dallage du parking sur lequel il reposait, a été emporté.  Là où les hélicoptères se posaient, il ne reste qu’une plage de sable ! Le météorologiste a été porté disparu. Son corps a été retrouvé un mois plus tard lors de l’enlèvement des décombres.

 

Catastrophe de Malpasset : une voiture

Voiture anonyme : Vue vers le Nord-Est. Pour aller des bâtiments de la base à la villa des Sables, notre carré, il n’est plus possible de passer par la seule route existante, qui borde la mer, pour la raison qu’elle a tout simplement disparu sur la moitié de sa longueur ! Nous allons à pied en faisant un détour par le terrain.

Je suis le premier à être arrivé à cette épave de voiture, une Renaul 4CV, en plein milieu du terrain. La clé de contact, sur le « Neiman » de cette voiture vide de tout occupant, était sur position marche. Sans commentaires !

Au loin, tout à gauche, le clocher de Fréjus. Puis les sommets enneigés, enfin à droite l’Estérel.

 

Catastrophe de Malpasset : un avion

Broussard : Ce vaillant serviteur s’est laissé entraîner vers la plage nouvellement formée par l’érosion du parking.

Il servait principalement aux liaisons avec l’île du Levant, où se trouvait une base d’essai d’engins spéciaux. La piste du Levant, de 400 mètres de long, en dos d’âne prononcé, bordée des quatre côtés par des rochers, était d’un accès difficile par temps turbulent! Approche au moteur, vitesse minimale, bille au milieu, et "cut" pour se poser. Quant aux décollages, avec l’horizon à deux cents mètres, il fallait avoir la foi !
 

 

Comments

Bonjour, Émotion et super

Bonjour,
Émotion et super photo, un ancien pingouin de la 14F.

Bonjour, Que de souvenirs que je n'ai pas vécu

Bonjour, Que de souvenirs que je n'ai pas vécu mais que j'ai souvent entendu parler de mon père dans les moindres détails. Il faisait parti de la 10S. (1M3 THOMAS 10S). Je viens de relire aujourd'hui un récit de 35 pages environ, qui conciliât l'exactitude des actions individuelles avec l'ambiance générale du drame et les résumés chronologiques venant des rapports des gars de la B.A.N. Les photos sont superbes. Elles illustrent bien l'ampleur de cette catastrophe. En arrière plan, je suppose que l'on aperçoit au mouillage, le GASCON, le NORMAND et peut-être le D'ESTREES. Merci à vous. "FLUCTUAT NEC MERGITUR"