Site dédié à la catastrophe de Malpasset

Témoignage de Monsieur Jean-Paul Vieu

Témoignage reccueilli en février 2009 à Fréjus (Prise de vue Guy Launay).

Commentaires

malpasset

J'imagine facilement à quel point ce drame peut rester dans les mémoires de ceux qui l'ont vécu"en direct". Cette catastrophe est sûrement l'un de mes premiers souvenirs d'enfant. j'avais 5 ans, et petit parisien, je revois encore des personnes dans les rues faire la quête pour les sinistrés de Fréjus. je ne comprenais pas tout, mais je percevais bien qu'il s'agissait d'une grande catastrophe. Beaucoup plus tard, je me suis rendu sur le site du barrage ou j'ai ressenti beaucoup d'émotion. Aujourd'hui encore, il est impossible de monter là haut sans avoir une pensée pour tout ce qui s'est passé.

Merci Monsieur Vieu pour ce témoignage

Merci Monsieur Vieu pour ce témoignage très précis, chronologique, empreint de tant d'humanité et d'émotion. Je suis né et ai vécu à Roanne, à l'ombre du barrage de Grangent http://www.dailymotion.com/video/x79zc0_loire-en-crue-barrage-de-grangen... puis de celui de Villerest. Mon grand-père affirmait en 1918 que celui-ci serait construit par les prisonniers allemands de la grande guerre... http://www.le-petit-train-touristique.net/barrage.php Chose qui ne fut accomplie que des années plus tard. Puis il y eu "l'affaire" du barrage de Chambonchard... http://www.rivernet.org/loire/barrages_structures/chambon.htm Projet contre lequel nous nous battîmes afin qu'il ne voie jamais le jour. Plus tard, ce fut contre la construction d'un nouvel ouvrage, au dessus de Roselend, qui devait noyer tout le plan de la laie et la plus belle partie du Beaufortain... http://fr.wikipedia.org/wiki/Barrage_de_Roselend J'avais sept ans en 1959. Notre père travaillait à EDF et ne tarissait pas d'éloges envers la houille blanche. Puis le nucléaire... Malpasset "le mauvais passage" sonnera toujours dans ma mémoire comme le nom d'une tragédie. J'ai noté avec intérêt votre allusion aux paysans qui ne pipaient mot, mais dont les yeux parlaient. Dame Nature rendra gifle pour gifle. Je l'ai saisi inconsciemment dès l'age de raison en apprenant la réalité de ce terrible évènement. C'était énorme. Inconcevable. Du si beau travail d'ingénieur... Et pourtant, si. C'est ainsi que j'ai appris à m'en méfier. Les ingénieurs... Toujours à la croisée des chemins de l'aventure prométhéenne. Savoir y renoncer ou accepter d'être un jour inéluctable enseveli sous les décombres. Celui des Mines expliquera par le menu pourquoi le barrage a cédé. Le gars-d'Arts expliquera ce qu'il eût fallu faire afin que le barrage ne cédât point. Le Polytechnicien démontrera que le barrage n'a pas cédé. Comprenne qui pourra ! Andrew.

Merci, Monsieur VIEU, pour ce beau témoignage

Merci, Monsieur VIEU, pour ce beau témoignage qui aide à mieux appréhender les problèmes consécutifs à cette terrible catastrophe et les souffrances qu'elle a engendrées dans la population fréjussienne. La visite des ruines du barrage est en elle-même terriblement éprouvante, mais vous écouter ajoute des éléments qui donnent à réfléchir...Et si l'humanité faisait preuve d'un peu plus de sagesse, au lieu de chercher à construire toujours plus grand, toujours plus haut ? Les agriculteurs qui se trouvaient dans cette région fertile, aujourd'hui dévastée, ne s'en sortaient-ils pas en suivant simplement le rythme des saisons? Henriette Nguyen

Merci Monsieur Vieu pour ce

Merci Monsieur Vieu pour ce témoignage, quel courage de votre part de faire face à ces souvenirs horrible.

Merci monsieur VIEU pour ce pignant témoignage

Merci monsieur VIEU pour ce poignant témoignage. Cela fait partie de notre vie et du devoir de mémoire. Merci aussi pour toute votre contribution sur la catastrophe. Respectueusement, Olivier DONAT